Poches malaires

Sommaire

Les poches sous les yeux, appelées poches malaires, sont une pathologie fréquente, qui peut dans certains cas s’avérer gênante. Elle donne au visage un aspect fatigué en permanence, même après une bonne nuit de sommeil. Les poches malaires, contrairement aux cernes, ne disparaissent pas avec le repos. De plus, elles ne se situent pas au niveau de la paupière inférieure, mais plutôt en-dessous, sur la partie supérieure de la pommette. Souvent, elles donnent une impression de double cerne.

Poches malaires : qu'est-ce que c'est ?

La peau du contour de l'œil est très fine, et très sensible, elle réagit donc rapidement aux modifications dues à l'âge. Ainsi, la perte d'élasticité de l'épiderme apparaît en premier lieu au niveau de la zone du contour de l'œil.

Les poches malaires se situent sous la paupière inférieure, elles se présentent comme un renflement plus ou moins prononcé, parfois de couleur rougeâtre, ou bleu violacé. Elles sont dues à un relâchement musculaire, ainsi qu’à un œdème qui se forme autour de l’œil. Avec l’âge, la vallée des larmes se creuse et la poche devient encore plus apparente.

Il existe des solutions pour traiter les poches malaires, mais les moyens de traitement sont délicats, et font surtout appel à des solutions d'ordre médical et chirurgical. Il faut distinguer le traitement des poches anciennes, profondes, installées depuis longtemps, de celui des poches récentes. 

Bon à savoir : on pense souvent qu'elles sont dues à un abus d'alcool. Mais même si les poches malaires sont très fréquentes chez les alcooliques, elles ne sont pas toujours le signe d’un abus d’alcool.

Traitement des poches malaires récentes

Lorsque les poches malaires sont récentes, la technique médicale s’avère être suffisante. Elle est réalisée par un oculoplasticien, spécialiste de la chirurgie esthétique des yeux. Elle se pratique au moyen d'injections, et remplit deux objectifs : le premier est de diminuer l’œdème, et le second vise à combler le creux qui s’est formé sous le muscle.

Afin de diminuer l’œdème, le médecin injecte un produit anti-inflammatoire, ou de la cortisone à très faible dose. Certains traitements associent aussi une injection d’hyaluronase, une enzyme capable de dissoudre l’acide hyaluronique lorsqu'il se trouve en excès.

 Les traitements par injections donnent de bons résultats, et permettent de repousser l'intervention chirurgicale. Ils ne nécessitent pas d'hospitalisation, ou d'éviction sociale. On peut immédiatement reprendre une vie normale.

Poches malaires profondes : traitement chirurgical

Lorsque les poches sont très prononcées ou présentes depuis longtemps, le traitement adéquat est d'ordre chirurgical. Il consiste d'abord à pratiquer un lifting sous-musculaire, dans le but de retendre le muscle qui festonne, et de le faire à nouveau adhérer à l'os.

Il nécessite également une lipostructure de la pommette. L'opération est donc assez importante. C'est la raison pour laquelle il vaut mieux commencer à traiter le problème à son début, au moyen d'injections, afin d'éviter de faire appel à une chirurgie esthétique assez lourde.

Bon à savoir : pour les poches que l'on peut traiter par injections, il faut compter à peu près entre 300 et 400 € par piqûre. Pour une chirurgie des poches, les tarifs se situent entre 3 000 et 4 000 €.

Ces pros peuvent vous aider